La coupure : pourquoi et comment bien en profiter ?

Envie de profiter d'une belle journée sur le vélo ? Pas de raison de s'en priver...
Envie de profiter d'une belle journée sur le vélo ? Pas de raison de s'en priver...
Partagez cet article :  
     , ou abonnez-vous sur les réseaux sociaux :  

C’est de saison pour beaucoup d’entre nous en ce moment et je suis moi-même en plein dedans, alors je me suis dit que c’était le moment d’en parler : la coupure pour un cycliste, pourquoi c’est important et comment s’y prendre pour que ce soit bénéfique ?

Encore une fois, ce qui suit n’est qu’une réflexion personnelle à ce sujet, basée sur ma façon de faire. En matière d’entrainement, de repos, de relâche, tout le monde réagit différemment, alors testez et trouvez votre recette. Je donne juste quelques ingrédients 😉

 

La coupure, c’est quoi ?

Certaines courses laissent plus de traces que d'autres... - MB Race Ultra 2017

Certaines courses laissent plus de traces que d’autres… – MB Race Ultra 2017

A la fin de la saison on est presque tous pareil, la fatigue s’est accumulée et il devient de plus en plus difficile de garder le rythme à l’entrainement. On devient « indulgent » avec nous-même et doucement les séances d’intervalles dévient sur des sorties en endurance pour profiter du paysage. On n’a plus la tête à se « faire mal », tout simplement.

Le stade ultime qui peut faire penser qu’on est allé trop loin en terme de fatigue physique et surtout mentale dans ce cas, c’est quand on en arrive à se poser la question pendant la course de savoir pourquoi on s’impose tout ça ? Pas juste de façon temporaire face à un mur qui nous met dans le dur, mais bien de façon constante sans réussir à se remotiver pendant la course.

Si vous en êtes là, posez le VTT, soufflez, et coupez ! La coupure pour moi, c’est tout simplement ce moment en fin de saison qui va me permettre de penser à autre chose, de ne plus rien m’imposer à l’entrainement. Et surtout qui évite d’en arriver au stade où le vélo serait une contrainte.

On associe souvent la coupure avec la fin de saison, et c’est logique puisque c’est le moment où la fatigue est normalement la plus présente. Mais parfois couper quelques jours en milieu de saison, entre deux gros objectifs espacés par exemple, peut aussi être bénéfique pour repartir avec le plein d’énergie et de motivation. Bien entendu, pour progresser il ne s’agit pas non plus de couper une semaine chaque mois 😉

 

Pourquoi il est important de respecter une coupure ?

En réalité je vais dissocier deux profils de pratiquants, qui sont très différents selon moi :

  • Il y a d’abord le profil du cycliste « compétiteur » qui s’impose des entrainements structurés pour tirer le meilleur parti de ses capacités physiques, et qui a en général cumulé pas mal de jours de course pendant la saison. Dans ce cas il est inévitable qu’une fatigue physique et mentale se soit installée : l’enchainement des courses laisse des traces, et les entrainements quotidiens viennent en complément de journées de boulot déjà bien remplies, … Si vous vous reconnaissez dans ce profil, la coupure est clairement profitable pour éviter le surmenage et pour être certain de reprendre l’entrainement pour la saison prochaine en étant motivé !
  • Ensuite, il y a le profil du cycliste « randonneur » (et il n’y a rien de péjoratif là-dedans) qui roule selon son envie, sans rien s’imposer lors de ses sorties. En général le nombre d’heures de selle est plus faible, et l’absence de contrainte fait que la motivation à rouler reste beaucoup plus constante. S’il n’y a aucune lassitude et qu’aucune douleur ne vient perturber les sorties, pourquoi s’imposer de ne plus rouler ? Si vous êtes dans ce cas, oubliez cette histoire coupure et continuez simplement à rouler comme vous le voulez.

 

Comment tirer le maximum de la coupure ?

La randonnée, une alternative sympa pendant la coupure

La randonnée, une alternative sympa pendant la coupure

Comme je l’ai dit avant, pour moi la coupure est synonyme d’absence de contrainte avec le vélo. C’est ma façon de l’aborder. Concrètement, si je n’ai pas envie de rouler, je ne vais pas rouler. Mais le contraire est aussi vrai : si j’ai envie de rouler pour profiter d’une belle sortie avec une météo d’été indien, alors je ne vais pas me l’interdire ! Je trouve absurde de s’interdire de prendre le vélo sous prétexte que c’est la période de coupure. Je maintiens que le plus important est de faire ce qui va rafraichir le mental, et si cette sortie vous fatigue un peu physiquement vous aurez de toute façon le temps de récupérer les jours suivants.

L’autre avantage de la coupure, c’est de pouvoir libérer du temps pour des activités qu’on pratique moins habituellement et pour lesquelles on porte quand même un intérêt. La randonnée par exemple permet de se vider la tête et vous verrez que même en marchant dans des endroits que vous connaissez à VTT, vous allez les redécouvrir différemment en prenant le temps. Dans un autre registre, c’est aussi l’occasion de récupérer le retard sur des corvées tâches que vous auriez laissé de côté pendant la saison… je suis sûr que vous voyez de quoi je parle 😀

Si on aborde maintenant la durée de cette coupure, la seule réponse valable à mon avis est de conseiller de prendre le temps qu’il faut pour se sentir reposé. Vraiment reposé. Du genre motivé à revenir sur le vélo, à se faire de nouveau violence pour préparer la prochaine saison et progresser encore. Après, si dans 3 mois vous êtes toujours en phase de coupure, à attendre la motivation, il faudra se poser les bonnes questions 🙂 . Bref, pour certains 2 semaines seront suffisantes avant de reprendre un programme d’entrainement, et pour d’autres il faudra un peu plus longtemps. Encore une fois, personne n’est égal, faites confiance à vos sensations, apprenez à vous connaitre, c’est un conseil toujours valable.

La coupure ça passe aussi par des abus sans mauvaise conscience !

La coupure ça passe aussi par des abus sans mauvaise conscience !

Et la suite ? Après la coupure, la reprise, logique jusque-là ! C’est le prochain sujet que j’aborde, dès que j’aurai fini de profiter de la relâche moi aussi 😉

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Loïc

Je pratique le VTT Cross Country avec une préférence pour le format Marathon - XCM. Sur VTT XC Blog j’aborde notamment les sujets suivants : récits de courses, réflexions sur l’entrainement en cyclisme, pistes pour améliorer sa pratique, nutrition, tests de matériel et tutoriels.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *