Entrainement VTT l’hiver : 5 bonnes raisons de continuer à rouler !

Partagez cet article :  
     , ou abonnez-vous sur les réseaux sociaux :  

Cette vidéo inaugure une nouvelle série dans laquelle je vais traiter de l’entrainement hivernal en VTT. Sortir son VTT l’hiver pour s’entrainer dans le froid, la neige et la boue n’est pas toujours évident : ça demande une bonne dose de motivation, et c’est pareil pour tout le monde. Alors dans cette vidéo je partage avec vous 5 raisons qui font que je ne stoppe pas le VTT l’hiver.

Dans les vidéos à venir j’aborderai également les thèmes suivants :

  • Comment préparer son VTT pour l’hiver ?
  • Comment s’habiller pour rouler par temps froid ?
  • De quelles façons s’entrainer l’hiver ?
  • Quelles sont les qualités à développer l’hiver ?

Si vous avez d’autres suggestions ou une question en particulier pour laquelle vous aimeriez avoir un avis, n’hésitez-pas à laisser un commentaire à la suite de cet article 😉

 

Pourquoi continuer à s’entrainer l’hiver ?

Voici les raisons qui me motivent à rouler l’hiver, elles devraient aussi vous parler :

  • Travailler la technique : dans des conditions humides le grip est diminué, les roches et les racines sont glissantes, vous aurez besoin de plus de finesse pour piloter votre VTT. Rouler dans des conditions sèches vous semblera ensuite plus facile.
  • S’adapter à un terrain changeant : les chemins que vous parcourez habituellement par cœur vont vous sembler différents une fois recouverts de feuilles mortes, de neige, ou de boue. Vous allez à nouveau devoir faire l’effort de lire le terrain pour anticiper les difficultés, alors que vous preniez les trajectoires sur le sec par habitude.
  • Maintenir ses acquis : pendant toute la saison vous avez suivi un entrainement régulier ? Alors pourquoi arrêter totalement pendant l’hiver et perdre le bénéfice de votre travail ? Même s’il est logique de réduire la charge d’entrainement, continuer à rouler cet hiver vous permettra d’être prêt à reprendre un entrainement sérieux dès le retour des beaux jours.
  • Travailler le foncier : l’entrainement foncier n’est sans doute pas la partie la plus excitante, j’en conviens. Ceci dit c’est indispensable pour poser les bases et pouvoir supporter un entrainement intensif au moment de préparer les objectifs de la saison. Gardez en tête que ces heures d’entrainement dans le froid vous serviront plus tard dans la saison.
  • Récupérer avec plaisir : pour se maintenir à la bonne température le corps va dépenser plus de calories, alors profitez-en pour vous « récompenser » d’une sortie bien menée malgré le froid. Un peu de chocolat, un morceau de gâteau, etc… sans parler de vider le paquet, ce n’est pas la période de l’année où il faut se priver de tout. Les objectifs sont encore loin pour la plupart d’entre nous. Autant ne pas se mettre trop de barrières tout de suite, au risque de craquer plus tard quand il ne faudrait plus.
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Loïc

Je pratique le VTT Cross Country avec une préférence pour le format Marathon - XCM. Sur VTT XC Blog j’aborde notamment les sujets suivants : récits de courses, réflexions sur l’entrainement en cyclisme, pistes pour améliorer sa pratique, nutrition, tests de matériel et tutoriels.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. zanini dit :

    Bonjour Loïc,
    tout d’abord bravo pour votre page et pour la pertinence de vos articles.
    J’aurais voulu néanmoins avoir des conseils de préparations pour pouvoir finir le Grand Raid Verbier Grimentz.
    Je me suis réguliérement entrainé sur des distances de 60/80 km (2200-2500 D+).Une tendinite m’a vraiment ralenti dans la montée du Mandelon,mais je sentais que j’étais dans le dur et au final je ne passe pas « La Vieille » pour 1 minute!.
    Alors ma question est la suivante:Faut-il augmenter les kms lors des sorties longues ou alors plutôt intensifier les sorties en fractionné,force….?
    Merci de votre réponse,
    Amitié sportive,
    Pascal Zanini.

  2. Loïc dit :

    Bonjour Pascal,
    La première année où je me suis attaqué au Grand Raid, j’ai fait plusieurs sorties de 6h/7h en VTT, sur un terrain assez proche de celui du Grand Raid. L’idée était déjà de voir comment je fatiguais et devais m’alimenter sur aussi longtemps. Pour ma première participation j’ai mis 11h. Il n’est pas nécessaire à mon avis de répéter les sorties aussi longues que le temps de course estimé, la fatigue engendrée serait trop grande. Par contre, quand on roule sur la base d’un temps de 10/12h de course, faire 2 ou 3 sorties de préparation sur au moins 50/60% du temps de course estimé peut aider à se préparer et à se rassurer si on fini la sortie sans être cuit.
    Ensuite, ce sont en effet beaucoup les sorties plus intensives qui vont faire rouler plus vite. Sans parler d’aligner les séances de PMA, il est possible de travailler fréquement en zone Sweet Spot et FTP et de beaucoup progresser . Il faut éviter de rouler pour rouler, sans but. Si on ne souhaite pas s’imposer des intervalles bien calibrés, pour éviter la lassitude, il suffit de varier les intensité pendant sa séance en fonction du terrain : les entrainements type fartlek peuvent être une bonne solution, moins rigide. Ça dépend de la volonté de chacun à suivre un cadre plus ou moins strict.
    As-tu regardé les plans d’entrainement ? Ici : http://www.vtt-xc-blog.com/category/entrainement-vtt/plans-entrainement/
    Plusieurs personnes m’ont déjà envoyé un email après les avoir utilisé, et avoir réussi à finir le Grand Raid, alors je peux te proposer de t’en inspirer
    Bon courage pour ta préparation et à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *