Présentation du nouveau Specialized Epic Pro 2018

Partagez cet article :  
     , ou abonnez-vous sur les réseaux sociaux :  

Les tout-suspendus ont le vent en poupe dans la catégorie Cross-Country : masse de plus en plus faible, cinématique moderne quasiment sans pompage, plus polyvalent qu’un hardtail, les raisons sont nombreuses. Pour 2018 un modèle emblématique a été remis au goût du jour : le Specialized Epic !

Quand on parle de l’Epic, on a tout de suite en tête la technologie « Brain » si chère à la marque californienne. L’Epic 2018 en est toujours équipé, mais le système a été entièrement repensé. Pour en savoir plus sur ce nouveau bike, j’ai demandé à Serge de nous présenter le nouvel Epic Pro 2018 sur le stand Specialized lors du Bike Test Gryon.

Présentation des principales améliorations sur cet Epic 2018, puis test terrain pour se faire une idée de son comportement, ça se passe dans la vidéo. Et n’oubliez pas de la partager avec vos amis qui sont à la recherche de leur futur VTT 😉

 

Le Specialized Epic Pro 2018 dans les grandes lignes :

  • Cadre carbone « FACT 11m » pour plus de rigidité et moins de poids, format boost 12x148mm
  • Fourche Rockshox SID Brain 100mm + amortisseur RockShox Brain 100mm avec réglage du SAG automatique
  • Roues Roval Control Carbon (largeur interne 22mm, 28 rayons DT Swiss)
  • Transmission SRAM Eagle X01
  • Freins SRAM Level TLM
  • Composants Specialized pour le cintre, la potence, la tige de selle, etc…
  • Passage des gaines et durites en interne
  • Compatible avec une tige de selle télescopique à passage interne
  • Compatible Shimano Di2

Mon ressenti lors de cette prise en main :

  • L’Epic 2018 est très vif, on sent qu’il est léger, il réagit à chaque coup de pédale et accélère bien.
  • La direction est précise, l’Epic se place facilement et change de cap sans difficulté.
  • Le fonctionnement du Brain est intéressant pour celui qui ne veut pas avoir à penser à sa fourche et à sa suspension : ouverts / bloqués, vous pouvez oublier, c’est automatique. J’ai trouvé le système efficace, en danseuse pour relancer rien ne bouge, mais il offre peut-être un peu moins de confort en comparaison du Scott Spark RC que j’ai l’habitude de rouler quand le terrain est de type « tôle ondulée ». A voir si le ressenti serait différent avec un réglage plus bas du seuil de déclenchement (testé en position 4 sur 5 vers le plus fermé).
  • La géométrie est rassurante et efficace en descente : Specialized a fait des choix un peu différents des autres marques (par exemple en travaillant sur l’offset de la fourche), mais le résultat suit bien la tendance actuelle qui est de rendre ces VTT de XC plus stables dans le D-.
  • Le grip des nouveaux Fast Track en 2,3 à l’avant et 2,1 à l’arrière m’a semblé bien meilleur que celui de l’ancien modèle dans mes souvenirs. Notamment à l’avant, le pneu permet de prendre plus d’angle et prévient avant de décrocher. Sans doute dû à l’usage d’une nouvelle gomme et d’une section plus importante.

En bref, un VTT réussi, sans aucun doute à considérer dans votre shortlist si vous chercher un XC tout-suspendu pour la saison prochaine 🙂

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Loïc

Je pratique le VTT Cross Country avec une préférence pour le format Marathon - XCM. Sur VTT XC Blog j’aborde notamment les sujets suivants : récits de courses, réflexions sur l’entrainement en cyclisme, pistes pour améliorer sa pratique, nutrition, tests de matériel et tutoriels.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Laurent dit :

    Bonjour Loïc

    Toit d’abord bravo pour ton blog qui est super à lire et très clair avec une bonne vision d’amateur très éclairé.

    Je vais prochainement changer de vélo et j’hésite entre un Epic et un Spark

    Suite à ton essai de l’Epic 2018 comment peux tu le situer par rapport à ton Scott Spark:
    – Maniabilité
    – Stabilité
    – Rendement en montée
    – Comportement en descente
    – Fonctionnement des suspensions : avantage Brain ou Twin Lock
    – Comportement dans le technique en montée et en descente

    • Loïc dit :

      Salut Laurent, et merci du compliment 🙂

      Pour la comparaison Epic / Spark RC, il faut aussi garder en tête que j’ai roulé avec l’Epic 30/40 minutes environ contre une saison avec le Spark RC. Donc forcément sur l’Epic la position et les réglages de suspensions auraient demandé à être affinés.

      Voilà ce que je peux dire sur les points que tu cites :

      Maniabilité : avantage à l’Epic selon moi, la direction est très précise, le Spark un peu plus flou. Sans doute lié à l’angle de direction et au déport de la fourche propre à l’Epic.

      Stabilité : avantage au Spark assez logiquement, ce qu’il rend d’un côté il le gagne de l’autre.

      Rendement en montée : peut-être un peu plus de rendement sur l’Epic grâce au Brain qui optimise le blocage de la suspension. Sur le Spark il faut jongler entre ouvert/fermé avec le Twinlock selon le terrain. Mais là vraiment c’est minime, personnellement je n’ai jamais trouvé le Spark pénalisant en montée.

      Comportement en descente : avantage au Spark pour moi, clairement sa géométrie en fait une arme en descente pour la catégorie ! La cinématique de la suspension est aussi très efficace. J’ai trouvé l’Epic un peu moins tolérant en descente, et la suspension arrière manquait de sensibilité, ça tapait beaucoup plus. Auto-sag fait avant le test, mais c’est possible que ce ressenti soit dû à un réglage un peu ferme du Brain. Ca dépend aussi de ce qu’on aime, le Spark est presque un rail en descente alors que l’Epic est un peu plus joueur, efficacité versus aspect ludique.

      Fonctionnement des suspensions : ça tient beaucoup de la préférence personnelle. Jouer avec le Twinlock ne me dérange pas et c’est devenu naturel, on ressent vraiment la différence de comportement du VTT entre les 3 modes. Reste que ce n’est pas esthétique (cintre chargé, 2 gaines en plus) et que ça demande un peu de maintenance pour rester fluide (câble ou gaine encrassés = mauvais déblocage du Twinlock). De l’autre côté le Brain décharge totalement le pilote de la gestion des suspensions et épure grandement le vélo puisqu’il n’y aucune gaine. La contrepartie c’est qu’il faut faire confiance au système pour réagir correctement au terrain. Sur un sol type « accordéon » par exemple (traces de roues de tracteur), j’ai trouvé l’Epic un peu dur alors que j’aurai placé le Twinlock en position « Descente » dans ce cas (tout ouvert). Pour moi, je préfère garder la main, donc le Twinlock même s’il a aussi ses défauts.

      Comportement dans le technique en montée et en descente : avantage au Spark à mon avis, pas tant en monté où les deux font jeu égal (il faut peut-être un peu plus bouger d’avant en arrière pour garder la traction dans les parties raides sur le Spark), mais surtout en descente. Comme dit avant, il est stable, efficace, pardonne les approximations, donc rassurant. Ni le Scalpel, ni l’Epic n’ont pu me donner cette même sensation en les essayant : ils ne sont pas mauvais, loin de là, mais en tout cas ne donnent pas cette même impression de facilité.

      Voilà pour le bilan que je peux faire, encore une fois avec un gros déséquilibre de temps de roulage entre l’Epic et le Spark RC. Mais si je devais changer de VTT aujourd’hui, dans l’état actuel je reprendrai un Spark RC.

      Bonne chance pour le choix final ! Et dans tous les cas ce sont deux très bon VTT, simplement avec une philosophie un peu différente, à toi de voir ce qui te plait dans ta pratique 😉

  2. Laurent dit :

    Merci Loic pour cette réponse hyper complète; je crois que tu m’as conforté sur le spark qui était mon choix de départ
    Bonne chance pour ta saison de marathons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *