TransMaurienne 2018, Etape 5 : clap de fin !

Clap de fin ! - TransMaurienne 2018
Clap de fin ! - TransMaurienne 2018
Partagez cet article :  
     , ou abonnez-vous sur les réseaux sociaux :  

5ème et dernière étape de cette TransMaurienne 2018 avec au programme 30km et 1500m de D+ depuis Aussois. Sur le papier une étape courte et avec un dénivelé raisonnable, mais après 4 jours de course déjà, la fatigue commence à se faire sentir. Et il faut quand même avaler 800m de D+ sur les 10 premiers kilomètres. Pas exactement reposant comme départ d’étape.

A 12h00 le départ est donné à partir d’Aussois pour rejoindre le lieu-dit Le Djoin à 2240m. L’ascension commence sur route pour quitter la station d’Aussois puis on continue ensuite sur une piste 4×4 globalement régulière. Je monte convenablement après 4 jours de course, j’ai déjà eu un meilleur rythme, mais ce n’est pas catastrophique non plus. Après un peu moins d’une heure je suis au sommet. De là on roule ensuite sur un single en balcon en faux plat montant qui finit par surplomber le lac du barrage de Plan d’Amont. Superbe décor, presque dommage de devoir y passer aussi vite une nouvelle fois.

S’en suit la descente vers le barrage de Plan d’Aval, très chaotique ! Impraticable en VTT pour la seconde moitié, donc obligé de porter sur une distance d’environ 700m et 180/200m de D-. Pas vraiment de plaisir à prendre dans cette partie, d’autant plus que les dalles sont glissantes par endroit à cause de l’humidité ambiante. Une fois en bas on contourne le lac de Plan d’Aval pour ensuite passer sur le barrage et remonter de l’autre côté. Le contournement se fait en bonne partie sur single avec quelques franchissements de pierres et racines.

Le barrage franchi on quitte les lacs et on s’attaque à l’avant dernière bosse de cette course. Une courte montée de 2km pour 200m de D+ avant de plonger vers Aussois en empruntant une des pistes du Bike Park sur environ 1,5km. Cette fois beaucoup de plaisir dans la descente : c’est fluide, il y a du rythme, il faut piloter, bref c’est ludique ! Dernière bosse de la course pour ajouter les 100 derniers mètres de D+ au compteur de la semaine, et on finit la descente vers Aussois à nouveau en empruntant un single en sous-bois bien agréable.

Il ne reste plus qu’à traverser le village pour rejoindre l’aire de départ, et je passe l’arrivée de cette 5ème étape en 2h22:40, 124/241 au scratch et 31/55 en Master30. Au classement général final je termine à la 101ème place au scratch sur 217 en 15h25:45, et 27/52 en Master30.

Fin de cette semaine de course en apothéose avec la soirée organisée pour fêter la 30ème édition de cette TransMaurienne : repas, remise des prix, concerts, feu d’artifice !

 

Que retenir de cette TransMaurienne ?

D’un point de vue personnel, je n’ai pas vraiment été au niveau que j’espérais sur cette course. J’ai du mal à récupérer depuis mon enchainement de XC marathons en juin/juillet et je sens que la fatigue reste présente. Les sensations sur le vélo ont été assez moyennes toute la semaine. J’ai aussi eu pas mal de retenue dans les descentes : sans doute encore un manque de confiance depuis mon soleil lors de la MB Race.

Pour la course en elle-même maintenant, le parcours des 9000 se destine à des pratiquants déjà bien entrainés. Il faut pouvoir enchainer les 5 jours de course et affronter des dénivelés assez costauds lors de chaque étape. La répétition des efforts est usante. Au niveau du terrain, les descentes requièrent tout de même un bon bagage technique pour une bonne moitié d’entre-elles. La difficulté vient alternativement de la pente prononcée du terrain, des nombreux obstacles (pierres, saignées, etc…) de l’étroitesse du passage, ou de l’engagement nécessaire. Bref, à mon sens, prendre du plaisir sur ce parcours demande déjà de cumuler un bon niveau physique et technique surtout si vous y allez avec une optique de compétition. Une bonne alternative si vous êtes un peu moins aguerri est de choisir le parcours des 6000. Moins exigeant physiquement et techniquement, le parcours n’en reste pas moins un joli challenge à relever et vous aurez moins l’impression de subir. Quitte à prendre des vacances pour rouler, autant aussi en profiter pour avoir du plaisir ! D’autant plus que vu le cadre dans lequel évolue la course, ce serait vraiment dommage de ne pas en profiter par manque de « lucidité » 😉

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Loïc

Je pratique le VTT Cross Country avec une préférence pour le format Marathon - XCM. Sur VTT XC Blog j’aborde notamment les sujets suivants : récits de courses, réflexions sur l’entrainement en cyclisme, pistes pour améliorer sa pratique, nutrition, tests de matériel et tutoriels.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *